Censure, arrestations et répression dans l’Égypte d’Al-Sissi

Une immense prison à ciel ouvert dont personne ne peut s’échapper et où les voix libres sont réduites au silence ou éliminées physiquement. C’est un instantané sans appel de ce qu’est devenue l’Égypte aujourd’hui. Le 3 juillet 2013, un coup d’État militaire dépose Morsi et porte au pouvoir le général Abdelfattah al-Sissi.

La répression s’étend rapidement à toute voix critique. De juillet 2013 à mai 2019, plus de 2.400 condamnations à mort ont été prononcées et 144 exécutions ont eu lieu, souvent à l’issue de procès irréguliers. À la fin de 2020, le total était passé à plus de 200, avec 51 condamnations effectuées rien qu’entre octobre et novembre.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Choisissez votre formule, sans engagement, désabonnement facile

Je m’abonne

Accès illimité aux contenus du site

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…