Philippines : Le fils du dictateur Marcos en lice pour reprendre le pouvoir

Le 9 mai prochain, quelque 67 millions d’électeurs seront appelés aux urnes pour choisir leur futur président. Après le mandat de Rodrigo Duterte, les Philippins se cherchent un nouveau parangon de justice. Ferdinand « Bongbong » Marco Jr, le fils du dictateur déchu est donné largement vainqueur.

À Davao dont il fut le maire entre 1988 et 2016, Rodrigo Duterte s’est forgé un nom, et surtout une marque de fabrique sanguinolente. Tout au long de son règne, les Davao Death Squads (DDS) - des escadrons de la mort - pourchassèrent sans relâche tout individu catalogué comme un criminel. Selon ses dires, l’une des villes les plus mal famées serait ainsi devenue l’une des plus sûres. Mais les faits le contredisent : le nombre de viols et de meurtres y est plus élevé qu’ailleurs dans l’archipel. Qu’importe la réalité, « Duterte Harry » s’est métamorphosé en légende urbaine, un dur qui n’aurait pas hésité à défenestrer d’un hélicoptère en plein vol un trafiquant de drogue.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Je m’abonne

Accès illimité au site à partir de 1€

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…