Le Grand Échiquier - Zbigniew Brzezinski

Le Grand Échiquier (1997) de Zbigniew Brzezinski constitue une tentative d’élaboration d’un projet géopolitique et géostratégique pour les États-Unis.

audio

Podcast La synthèse audio

play
05:32
mutedownload
Réservé aux abonnés

Brzezinski établit un véritable calendrier géopolitique pour le XXIe siècle. Présentant la réalité internationale comme un grand jeu d’échecs, ce dernier émet plusieurs pronostics, que nous pouvons aujourd’hui comparer à la réalité, étant arrivés à l’issue des phases du calendrier géopolitique.

L’auteur précise toutefois dans son ouvrage que son analyse n’a rien de définitif et qu’elle est amenée à évoluer selon les circonstances. Il publie ainsi une version actualisée du Grand Échiquier, à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Dans Le Vrai Choix. Les États-Unis et le reste du monde (2004), Brzezinski se focalise plus particulièrement sur la question du terrorisme et des évolutions sociétales contemporaines.

Ce qu’il faut retenir :

L’hégémonie américaine est devenue totale après la chute de l’URSS en 1991. Comparée aux autres exemples historiques, cette hégémonie est d’un type particulier, alliant pluralisme et globalité. Les États-Unis doivent travailler pour maintenir leur puissance, avec pour terrain d’action dans cette partie d’échecs, le continent eurasiatique. En Eurasie se concentrent en effet l’essentiel des ressources humaines et naturelles ainsi que les éventuels rivaux de la suprématie américaine, qu’il convient de maîtriser. Autrement dit, qui contrôle l’Eurasie contrôle le monde.

Les forces américaines doivent se concentrer sur des points stratégiques du continent, que l’auteur répartit entre « acteurs géostratégiques » (France, Allemagne, Russie, Chine, Inde) et « pivots géostratégiques » (Ukraine, Azerbaïdjan, Corée, Turquie, Iran). Il s’agit d’orienter ces derniers afin, d’une part, d’établir deux « têtes de pont » sous égide américaine à chaque extrémité de l’Eurasie (l’Union européenne à l’ouest, une « Confédération chinoise » à l’est), d’autre part de pousser la Russie à se joindre à l’Europe, et enfin d’ouvrir les Balkans eurasiens et ses ressources au marché mondial.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous