CORRUPTION AU PARLEMENT : LA « DÉMOCRATIE EUROPÉENNE » EN DANGER ?

La spectaculaire affaire de corruption qui touche actuellement le parlement européen met incidemment en lumière la perception que les parlementaires ont de leur institution. En proie à l’émotion la plus vive, la présidente de ce parlement, Roberta Metsola, a jeté un cri du cœur devant l’hémicycle : « La démocratie européenne est attaquée. Et nos sociétés démocratiques, ouvertes et libres, sont attaquées ».

Ces formules ont un objectif : en dramatisant l’enjeu, elle gonfle le parlement européen d’une importance politique qu’il n’a pas. La présomption de corruption visant l’eurodéputée Eva Kaili est certes tout sauf anodine, mais elle ne va pas jeter dans les rues des millions de citoyens indignés et inquiets à l’idée d’un risque mortel pesant sur leurs libertés. Céder à l’emphase sur ce sujet, c’est prendre le risque d’un ridicule certain. Mais la sortie de Roberta Metsola était peut-être sincère, dénuée de calcul. Elle exprimerait dans ce cas l’idée que le parlement serait l’enceinte par excellence où la vertu trouverait à s’incarner, un sanctuaire dont rien ne devrait pouvoir salir la pureté morale.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Je m’abonne

Accès illimité au site à partir de 1€

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…