Le Populisme originel : éducation populaire et autogouvernement des citoyens

Le populisme américain de la seconde moitié du XIXe siècle ne correspond pas aux caractéristiques péjoratives aujourd’hui attribuées à ce mot. D’abord incarné par de petits propriétaires cherchant à sauver la ferme familiale, avant de prendre la forme du People’s Party dans les années 1890, il était un mouvement de masse fondé sur l’éducation politique et populaire. Le mouvement des droits civiques mené par Martin Luther King fut son digne héritier au XXe siècle.

Le populisme est aujourd’hui assimilé à une maladie par les élites occidentales. Il « menacerait » la démocratie parce qu’il en serait une forme exacerbée - une tyrannie de la majorité - ou un détournement – un ressort des nouveaux régimes autoritaires. Le populisme serait l’émanation de masses « déplorables » pour reprendre le fameux mot d’Hillary Clinton en 2016 à propos de la moitié des électeurs de Donald Trump. Elles seraient non seulement ignorantes, mais pleines de ressentiment à l’égard des « experts ».

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Je m’abonne

Accès illimité au site à partir de 1€

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…