Dédollarisation : l'Argentine réduit sa dépendance à la monnaie américaine

Nombre de pays affichent une claire volonté politique de réduire leur dépendance à la monnaie américaine. Parmi ces pays, l’Argentine représente un cas d’école parce qu’elle affiche une détermination particulièrement marquée et que sa dépendance au dollar est l’une des plus importantes du monde.

publié le 07/08/2023 Par Jordi Lafon
Dédollarisation : l'Argentine réduit sa dépendance à la monnaie américaine

Le gouvernement centriste argentin d’Alberto Fernandez active différents types de leviers pour réduire la dépendance de son pays au dollar américain : conversion de la dette, commerce extérieur en yuan, monnaie commune avec le Brésil, emprunt auprès de la Chine. Cette volonté politique ferme provoque déjà des conséquences politiques et économiques qui iront nécessairement de pair avec un changement d’une telle importance.

L’Argentine et « l’obsession » dollar

En 2018, l’Instituto Interdisciplinario de Economía Política (IIEP) de l’Université de Buenos Aires a mis au point un « coefficient de dollarisation » afin de comparer la relation des pays d’Amérique Latine à la monnaie américaine. Selon leurs calculs, l'Argentine a un taux de dollarisation de 70 %, l'un des plus élevés de la région après l'Uruguay. Le Chili a un taux de 11 % et le Pérou de 44 %. Les seules données macroéconomiques ne suffisent pas à expliquer ce résultat. L’Argentine est un pays relativement peu dépendant de l’extérieur en matière d’économie ; par exemple son commerce extérieur représente 33 % du PIB et ses importations 14,9 % du PIB, en 2021.

La dépendance au dollar, qualifiée par certains d’obsession, s’explique en partie par des considérations culturelles et historiques. En 2001, le gouvernement entreprend une « pesificación » à marche forcée (expression dérivée du mot « peso », le nom de la monnaie nationale) : désindexation du peso au dollar, conversion automatique de tous les contrats de dollar en peso, conversion de l’épargne de dollar en peso. Cette politique provoque une panique bancaire et aggrave la crise économique en cours. Un épisode qui reste très ancré dans la mémoire des citoyens et participe de la méfiance envers le système bancaire et la monnaie nationale.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous