Asie du Sud-Est : Les défis écologiques du tourisme de masse

Les temps semblent difficiles pour les complexes balnéaires thaïlandais, les gratte-ciel de luxe de Bangkok et Kuala Lumpur et les cabanes laotiennes en bambou au bord desquelles viennent mourir les eaux du Mékong. La crise sanitaire est passée par là, réduisant à néant le tourbillonnant défilé des touristes en Asie du Sud-Est.

Frontières fermées, aéroports vides, hôtels sans réservations, une nature qui reprend ses droits ; pour la première fois depuis des années, les habitants des îles de Koh Phi Phi, Bali, Penang, Phú Quốc et autres s’émerveillent devant les requins à pointe noire, les tortues et les oiseaux colorés, venant, comme d’un passé brumeux et oublié, repeupler un environnement si durement atteint par le tourisme de masse.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Choisissez votre formule, sans engagement, désabonnement facile

Je m’abonne

Accès illimité aux contenus du site

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…