Contre le développement personnel - Thierry Jobard

Le développement personnel constitue aujourd’hui un rayon incontournable dans les librairies françaises. S’agit-il là d’une simple mode, innocente ? Ou sommes-nous face à un phénomène plus profond, dont les conséquences doivent être prises au sérieux ?

audio

Podcast La synthèse audio

play
05:32
mutedownload
Réservé aux abonnés

Contre le développement personnel (2021) compte précisément prendre le développement personnel au sérieux. Thierry Jobard, constatant l’essor de cette nouvelle « science du bonheur » dans sa librairie strasbourgeoise, nous montre comment cette discipline est devenue un véritable outil de transformation de l’individu, exerçant sur lui une nouvelle forme de gouvernance.

Ce qu’il faut retenir :

Le développement personnel repose sur une conception appauvrie du bonheur, réduit au bien-être subjectif et individuel. La recherche du bien-être prend la forme d’une introspection, censée permettre d’accéder à un Moi intérieur, qui est cependant parfaitement illusoire puisque l’esprit humain, nous apprend la psychanalyse, contient une large part d’inconscient. En conséquence, la société est réduite à une agrégation d’individus ayant pour seul horizon, leur confort subjectif et psychologique.

L’influence du DP s’est étendue à la sphère professionnelle par le biais du management. Le management, qui repose lui aussi sur l’idée d’autonomie, exige du salarié qu’il soit responsable à la fois des tâches qui lui sont confiées et de son « employabilité ». Le salarié, ainsi assujetti, doit se transformer pour se plier aux exigences professionnelles.

Le DP, pour répondre au besoin de croyance qui caractérise nos sociétés depuis l’effondrement des grandes institutions religieuses et sociales, se présente comme une nouvelle spiritualité. Il a ainsi repris les pratiques religieuses, en évacuant les contraintes morales, et les utilise pour façonner l’homme selon le modèle néolibéral. Cette aliénation dont sont victimes nos sociétés donne naissance à un nouveau type de domination, une forme de gouvernementalité, qui s’exerce sous la forme d’une servitude en apparence volontaire. Mais, la liberté promise par le DP n’est qu’une illusion qui vient nous assujettir.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous