« Une femme socialiste, c'était la fin du monde pour ces gens-là » Édith Cresson

Première femme chef de gouvernement, Édith Cresson revient sur son parcours politique et analyse les dérives des élites dirigeantes française. Dans cet entretien inédit réalisé par Olivier Berruyer en 2013, elle dénonce une « forme d’aristocratie », dont les défauts sont mis en lumière par la crise politique et économique qui ronge l’Occident depuis presque dix ans.

publié le 03/04/2022 Par Olivier Berruyer
Édith Cresson: « Une femme socialiste, c'était la fin du monde pour ces gens-là»

Édith Cresson, née en 1934, est une femme politique française, anciennement ingénieure économique diplômée de l’école de Haut enseignement commercial pour les jeunes filles (aujourd’hui fusionnée avec HEC). Elle adhère, en 1965, à la Convention des institutions républicaines, parti politique créé par François Mitterrand, puis rejoint le PS en 1971. Elle a été ministre de l’Agriculture (1981-1983) puis ministre du Commerce extérieur (1983-1986), avant d'être nommée Première ministre en 1991, devenant ainsi la première - et à ce jour la seule - femme à avoir accédé à la fonction de chef de gouvernement en France. Elle a également été Commissaire européenne à la Recherche, aux Sciences et Technologies (1995-1999).

Olivier Berruyer (Élucid) : Madame Cresson, quel regard portez-vous sur la crise actuelle et ses sources ?

Édith Cresson : Cette crise, initialement financière, est née des excès, des folies de la finance et d’une spéculation qui ne repose sur rien de réel. Les nouvelles technologies de la communication, sans être responsables, peuvent expliquer partiellement ce phénomène. Elles ont rendu les mouvements si rapides qu’il est devenu impossible de les surveiller. Les échanges boursiers sont d’ailleurs enclenchés par des machines qui, en définitive, marchent toutes seules.

Dans ce fonctionnement purement spéculatif, le raisonnement humain n’a plus sa place. C’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que des échanges d’une telle ampleur ont eu lieu sans l’implication de l’intelligence humaine, sans interactions « réelles » entre des personnes.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous