Emmanuel Todd : « La russophobie traduit la chute d’une Amérique brisée »

Depuis la chute de l’URSS, la Russie a connu des heures sombres. Ce qui a été fait à ce pays par « l’Occident », après l’effondrement pacifique du communisme, a été moralement indigne.

Mon indignation, si elle a pu donner quelques résultats intéressants sur le plan moral, a quand même longtemps encombré mon analyse. Elle m’a interdit de voir les États-Unis et la Russie comme un couple historique, et empêché de développer une approche géopolitique systémique. Les conditions sont aujourd’hui réunies pour mettre de côté cette indignation et procéder à une analyse dépassionnée.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Choisissez votre formule, sans engagement, désabonnement facile

Je m’abonne

Accès illimité aux contenus du site

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…