Élucid est un média 100% indépendant et ne vit que de ses abonnements - Soutenez-nous en vous abonnant

« Avec la Ve République, le pouvoir n'est plus au Parlement » - Yves Guéna

Architecte de la Constitution de la Ve République, Yves Guéna revient sur son engagement dans la Résistance dès l’âge de 18 ans, sur les débuts de la France libre en Angleterre et sur les combats en Afrique, en France et en Allemagne. Dans cet entretien inédit réalisé par Olivier Berruyer en 2012, l’ancien résistant retrace l’histoire de la Constitution de 1958 et raconte comment il a participé à sa rédaction.

publié le 16/10/2022 Par Olivier Berruyer
« Avec la Ve République, le pouvoir n'est plus au Parlement » - Yves Guéna

Ancien résistant, Yves Guéna (1922-2016) s’est engagé auprès du général de Gaulle dès 1940. Il eut une carrière politique riche et participa à la rédaction de la Constitution de la Ve République auprès du général de Gaulle et de Michel Debré. Dans les années 1960, il intégra le gouvernement en tant que ministre de l’Information puis ministre des Postes et Télécommunications. Il termina sa carrière politique au Conseil Constitutionnel, qu’il présida de 2000 à 2004.

Olivier Berruyer : M. Guéna, vous vous êtes engagé très tôt dans la Résistance, et vous êtes devenu l’un des architectes de la Constitution de la VRépublique. Pouvez-vous nous raconter comment tout cela est arrivé ?

Yves Guéna : Je me suis engagé dès l’âge de 18 ans, après avoir fini mon année d’hypokhâgne. Je suis parti de la pointe du Finistère le 19 juin 1940, jour à partir duquel a commencé ma vie active, ma vie pour la France. J’ai signé dans les tout premiers jours de juillet mon engagement dans les Forces Françaises Libres (FFL) et j’ai combattu dans la 2e Brigade de la 1re Division Française Libre (DFL). Nous avons traversé la Libye, derrière Erwin Rommel: Generalfeldmarschall allemand de la Seconde Guerre mondiale (1891-1944).Erwin Rommel. En arrivant en Tunisie — puisqu’il y avait eu le débarquement américain et anglais en Afrique du Nord et le débarquement allemand auquel les Français ne s’étaient pas opposés derrière — nous avons retrouvé le général Leclerc avant d’intégrer sa 2e Division Blindée (2e DB).

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous

0 commentaire

Devenez abonné !

Vous souhaitez pouvoir commenter nos articles et échanger avec notre communauté de lecteurs ? Abonnez-vous pour accéder à cette fonctionnalité.

S'abonner