LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE – David Thoreau

La liberté, le sens moral et la sobriété sont, dans la conception de Thoreau, essentiels à la vie d’un homme.

Dans ces deux essais, La désobéissance civile (1849) et La vie sans principe (1863), Thoreau remet violemment en cause la coercition de l’État, l’esclavage, la ruée vers l’or et l’affairisme. Sa pensée anticonformiste se fonde sur un fort sens moral. L’action et la désobéissance sont, selon lui, les caractéristiques de l’homme juste et vertueux. Il ne conçoit néanmoins pas la désobéissance comme une fin en soi. Au contraire, il affirme qu’il ne faut désobéir que si des raisons morales le justifient.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Choisissez votre formule, sans engagement, désabonnement facile

Je m’abonne

Accès illimité aux contenus du site

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…