Surveillance de masse : derrière les JO 2024, la dérive sécuritaire française

Après les déboires de la gestion des incidents survenus au Stade de France en marge de la finale de la Ligue des Champions en mai dernier, le ministre de l’Intérieur pousse pour un dispositif de sécurité particulièrement renforcé à l’occasion des Jeux olympiques 2024 – dispositif qui devrait prochainement être consacré par un vote du Parlement.

publié le 21/03/2023 Par Camille Musikian
Surveillance de masse : derrière les JO 2024, la dérive sécuritaire française

Ces mesures consistent notamment en le déploiement de nouvelles technologies, comme les caméras augmentées, dont l’expérimentation à la faveur des JO pourrait augurer un pas supplémentaire vers la surveillance et l’analyse généralisées des populations, franchissant ainsi une nouvelle étape dans l’essor de la safe city, pendant sécuritaire de la smart city.

Surveillance et analyse généralisées

Voté par le Sénat en début d’année, le projet de loi olympique, examiné à l’Assemblée nationale à partir d'aujourd'hui, aborde pour une large part la dimension sécuritaire de l’événement et semble fortement dominé par l’inquiétude d’un fiasco similaire à celui survenu au Stade de France en mai 2022. Si la reconnaissance faciale, un moment évoquée, a été écartée du dispositif sécuritaire, le projet de loi propose l’utilisation de scanners corporels – jusque-là réservés aux aéroports – et de caméras dites augmentées.

Le sujet est sensible. Ces caméras s’appuient sur l’intelligence artificielle pour comptabiliser, répertorier et analyser les comportements de la population filmée en temps réel. Amenées à traiter une quantité massive de données au caractère potentiellement personnel, ces caméras font l’objet d’une vigilance renforcée de la CNIL, qui estime dans sa délibération sur le projet de loi que :

« [Ces dispositifs] ne constituent pas une simple évolution technologique, mais une modification de la nature des dispositifs vidéo, pouvant entraîner des risques importants pour les libertés individuelles et collectives et un risque de surveillance et d’analyse dans l’espace public. »

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous