« La dissolution des multinationales est la solution » - Alain Deneault

Derrière la communication de TotalEnergies, de moins en moins convaincante auprès des citoyens, se dissimule une nuisance plurielle et ancienne. Alain Deneault en fait à la fois la recension et l'analyse dans son ouvrage De Quoi Total est-elle la somme ? paru en 2014 chez Textuel et réédité en octobre. Il remonte aux origines du pouvoir de la firme, en détaille les différentes facettes légales ou non, les dérives, les abus, et dénonce en général le pouvoir outrancier des multinationales.

publié le 24/12/2023 Par Laurent Ottavi

Laurent Ottavi (Élucid) : De quelle puissance l'entreprise Total, désormais appelée TotalEnergies, a-t-elle hérité de son histoire, sans laquelle elle ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui ?

Alain Deneault : Le capital de Total constitue son histoire, et cette histoire est suffisamment controversée – pour ne pas dire par moments sordide, voire criminelle – que les dirigeants et relationnistes de la firme préfèrent ne pas l’évoquer. On se souvient de Christophe de Margerie, encore PDG de Total au milieu de la décennie 2010, qui poussait de hauts cris lorsqu’on farfouillait dans l’histoire de la firme. Il reprochait alors à la presse de vouloir remonter « jusqu’au massacre de la Saint-Barthélemy ». Ce type de référence provenait spontanément de lui.

TotalEnergies doit l’accumulation de son capital, c’est-à-dire de sa force de frappe et en dernière instance de son pouvoir, à l’établissement d’un cartel pétrolier mondial au Moyen-Orient il y a une centaine d’années ; à sa complicité avec le régime sud-africain de l’Apartheid ; à ses pratiques d’évitement fiscal de longue date dans les paradis fiscaux ; à sa participation active à la colonisation de l’Afrique, sa corruption endémique, son tripatouillage d’urnes et ses guerres civiles ; à sa collusion avec les partis politiques de gouvernement en France et sinon à son intégration consommée à la finance internationale.

Ce passé de Total se traduit par l’évolution et l’attribution de compétences de ses trois composantes historiques. L’ancêtre originel, la Compagnie française des pétroles (CFP), à terme créatrice et dépositaire de la marque Total, a été créée inconstitutionnellement à même un cartel pétrolier anglo-américain dans les années 1920. Elf fut le véhicule étatique du néocolonialisme de l’Afrique conçu par De Gaulle et orchestré par Jacques Foccart, et enfin PetroFina (le tandem canado-belge des familles Desmarais et Frère) a prospéré en grande partie du fait de ses liens avec la finance mondiale.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous