Fonderies : État et constructeurs automobiles organisent l’hécatombe

Les fonderies françaises coulent les unes après les autres. Plus de 5000 emplois sont menacés d’ici à 2025. L’État, malgré ses discours de « réindustrialisation », se montre toujours aussi impuissant face à Renault et Peugeot, qui continuent de délocaliser. Explications avec le cas emblématique de MBF Aluminium, viable et modernisée, mais pour autant liquidée.

Cessation de paiement, redressement judiciaire, recherche - infructueuse - de repreneurs, puis… liquidation judiciaire. Et donc, fermeture définitive. Depuis le printemps 2021, les fonderies françaises qui produisent des pièces de moteur de haute précision pour les constructeurs automobiles mettent (ou sont menacées de mettre) les clés sous la porte. Une véritable hécatombe.

En Meurthe-et-Moselle, la fonderie FVM a été placée en liquidation en avril 2021. Son propriétaire chinois Jinjiang depuis 2017 avait promis d’investir 20 millions d’euros. Ils ne sont jamais arrivés. Dans l’Aveyron, la fonderie Sam, en liquidation judiciaire depuis septembre 2021, a finalement fermé ses portes lundi 29 novembre, laissant 350 salariés sans emploi. Dans la Vienne, le site « fonte » des Fonderies du Poitou est liquidé depuis juillet dernier, tandis que le site « alu » est en redressement depuis avril.

Redressement également pour la fonderie Alvance Aluminium Wheels, dans l’Indre. En cause, leur propriétaire, Liberty House, écrasé par les dettes de sa maison-mère, le groupe du magnat indo-britannique Sanjeev Gupta. Tandis qu’à la Fonderie de Bretagne, dans le Morbihan, 350 personnes sont dans le flou total depuis que son propriétaire Renault, en pleine cure d’austérité en France, a décidé de vendre au printemps dernier.

La France est le troisième pays européen pour la fonderie avec 12 % de la production et un chiffre d'affaires de 5,1 milliards d'euros en 2019, réalisé par 380 établissements. L'automobile représente 2,5 milliards d'euros et mobilise 170 fonderies.

Un rapport préconise l’ultra-concentration du secteur

Il faut dire que le secteur fait face à des chocs majeurs : le « Green Deal » ou la fin des moteurs thermiques en faveur de l’électrique d’ici 2035 en Europe ; la concurrence rude des pays à bas coûts comme le Portugal, l’Espagne, la Turquie et la Roumanie ; et la crise sanitaire qui anéantit toute capacité de se financer pour se diversifier et se moderniser.

Un rapport du cabinet de conseil européen Roland Berger, commandé par l’État et les constructeurs automobiles a été remis en juin 2020 (Élucid est parvenu à se le procurer). Il estime à 5 200 le nombre d’emplois menacés d’ici à 2030 (voire 2025, en raison de la crise sanitaire) sur les 13 500 que compte le secteur en France, si rien n’est fait.

Insistant sur la nécessité d’une diversification de la fonte (moteurs diesel) au profit de l’aluminium à haute pression pour les moteurs hybrides et électriques et à basse pression pour les châssis et la structure, le cabinet Berger préconise une ultra-concentration du secteur. Pour tenter de sauver 2900 emplois, il faudrait passer de 170 fonderies automobiles à… deux « grands champions à l’échelle européenne », évoquant GMD Eurocast et Saint-Jean Industries.

Le carnage se passe donc comme prévu. Sauf que la concentration n’a pas lieu : les repreneurs potentiels manquent cruellement de cash, dans un secteur aux marges faibles atrophié par la crise Covid.

Le cas MBF : une fonderie viable… mais liquidée

À Saint-Claude, dans le Jura, la fonderie MBF Aluminium, premier employeur du bassin jurassien avec 266 salariés, fêtait ses 80 ans en 2020, quand en novembre, le couperet tombe : l’usine est placée en redressement judiciaire.

Malgré des accusations de malversations financières de la part de son propriétaire, le fonds britannique CMV, force est de constater que l’entreprise avait massivement investi dans l’avenir : en 2019, MBF lance un plan à 24,5 millions d’euros sur 5 ans, dont 14 millions d’euros pour de nouvelles machines, dont des presses de 2000 tonnes, précisément pour se diversifier sur l’hybride et l’électrique, et honorer les commandes à 26 millions d’euros sur quatre ans de ses principaux donneurs d’ordres, PSA et Renault.

Mais dès 2020, Renault revoit sa commande à 130 000 pièces, contre 350 000 auparavant, prétextant que le Covid a conduit à une chute historique de la vente de ses véhicules neufs.

À l’automne 2020, MBF, en grandes difficultés financières, sollicite un moratoire sur ses dettes - qui s’élèvent en octobre 2020 à 8 millions d’euros, dont la quasi-totalité (6,7 millions) de dettes fiscales - auprès de ses créanciers. Mais Bercy, au pire moment, réclame son dû, « arguant que MBF n’était soudain plus éligible aux aides Covid », explique Adeline Mularano, l’ex-directrice de MBF. C’est ce qui précipite la société vers la cessation de paiement, puis le redressement judiciaire, jusqu’à la liquidation en juin 2021, faute de repreneurs.

« MBF est une entreprise viable et techniquement à la hauteur, qui travaille l’aluminium, une matière réutilisable, compatible avec les enjeux écologiques, et compatible avec l’hybride, l’électrique et même l’hydrogène, qui a été lâchée par l’État dans le cadre d’une stratégie de fermeture préméditée par les constructeurs Renault et Peugeot depuis deux ans », dénonce Adeline Mularano, qui s’est battue aux côtés des salariés et des syndicats contre ce « gâchis injustifiable ».

L’État impuissant face à des constructeurs qui continuent de délocaliser

Celle qui a été au cœur de toutes les négociations « très dures » avec l’État, Peugeot et Renault, révèle qu’« en réalité, l’État organise la concentration du secteur depuis fin 2019, soit bien avant le rapport Berger, qu’il a commandé pour pouvoir justifier son action. Dans les coulisses, les constructeurs assurent et assument totalement ne plus vouloir travailler en France. Renault, qui a un véritable droit de vie ou de mort sur les sous-traitants automobiles, ne voulait tout simplement plus travailler avec MBF ».

Deux ans, c’est le temps qu’il fallait à la marque au losange pour fabriquer les pièces de MBF pour ses modèles hybrides… en Espagne. « On a découvert après coup que Renault avait fabriqué un autre moule à partir de nos pièces, qui a été envoyé en Espagne », relate la consultante en restructuration. C’est en effet en Espagne que Renault a annoncé investir dans l’hybride en mars 2021. C’est là qu’on a compris que Renault ne commanderait plus ces pièces à MBF, même en cas de reprise ». En effet, même GMD Eurocast, qui a voulu reprendre MBF début 2021, a essuyé un refus de la part de Renault de s’engager sur les volumes.

Le cas MBF est ainsi emblématique de l’hypocrisie de l’État, qui communique à tout-va sur « la reconquête industrielle, et la nécessaire relocalisation pour garantir la souveraineté ». Et de son impuissance face aux délocalisations des constructeurs dont il est pourtant actionnaire.

« L’État se rend complice d’une hécatombe qui concerne aujourd’hui les fonderies et qui concernera demain toute la sous-traitance automobile », déplore Adeline Mularano. Ou comment répéter encore et encore les mêmes erreurs qui ont conduit au déclin de l'industrie automobile française depuis 15 ans.

Photo d'ouverture : Manifestation des employés de MBF, Saint-Martin-Du-Fresne, 22 avril 2021, Jean-Philippe Ksiazek - @AFP

Signaler une erreur

Cet article est gratuit grâce aux contributions des abonnés !

Pour nous soutenir et avoir accès à tous les contenus, c'est par ici :

Je m’abonne

Accès illimité aux contenus du site à partir de 1€

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…