Anne Hidalgo et l’Afghanistan : la géopolitique des sentiments

Le 16 août dernier, la maire de Paris a lancé un appel au soutien de la « résistance » aux Talibans, incarnée selon elle par Ahmad Massoud. Une posture morale grisante, mais qui tourne à vide.

Les fenêtres des bureaux de la mairie de Paris seraient-elles trop petites ? C’est ce que laisse penser la prose dont Mme Hidalgo a gratifié récemment les lecteurs du Monde à propos de la crise afghane. La future candidate à l’élection présidentielle a publié dans les colonnes de ce journal un texte censé démontrer l’acuité de ses vues et la fermeté de son jugement sur les questions internationales.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Choisissez votre formule, sans engagement, désabonnement facile

Je m’abonne

Accès illimité aux contenus du site

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…