« Erdoğan s'est emparé des grands médias turcs et censure toute critique »

Dans cette interview exclusive, Emre Kizilkaya, vice-président de l'Institut International de la Presse (IPI) et rédacteur en chef du quotidien Journo (une plateforme d'information soutenue par le syndicat turc des journalistes TGS), explique comment au cours des dix dernières années, le président turc Recep Erdoğan a effacé toute forme de dissidence et de critique dans les médias – y compris les médias alternatifs – en appliquant un mélange de censure et de prolifération de la désinformation à grande échelle.

publié le 30/07/2023 Par Marco Cesario

Marco Cesario (Élucid) : Malgré une crise économique profonde et la quasi-totalité des sondages le donnant perdant, le président Erdoğan a remporté l'élection présidentielle pour un troisième mandat consécutif. D'un point de vue historique, qu'est-ce qui a permis au parti d'Erdoğan (l'AKP) de disposer d'autant de force politique sur la durée ?

Emre Kizilkaya : Dans l'histoire de la Turquie en tant que république, il n'est jamais arrivé qu'un seul parti, un seul dirigeant, gouverne pendant si longtemps. Dans le passé, surtout avant l'AKP, il y avait presque toujours des gouvernements de coalition à cause du système parlementaire. Entre 2003 et 2005, Erdoğan était l'un des leaders du parti, bien sûr le plus important. Mais en même temps, à l'intérieur du parti et en lien avec le parti, il y avait beaucoup d'autres forces. Après les années 2007-2008, la situation a beaucoup changé, car la crise financière mondiale a d'abord frappé la Turquie. Et les conditions mondiales dues à la crise financière ont en fait profité à l’AKP d’Erdoğan, et pavé sa route pour ses multiples victoires électorales.

Élucid : Comment la crise financière a-t-elle renforcé le parti d'Erdoğan ?

Emre Kizilkaya : La crise a fourni de l'argent moins cher à la Turquie pour sa croissance économique. À cette époque, l'argent fuyait certains pays développés (comme les États-Unis par exemple) pour se réfugier dans des pays en développement comme la Turquie ou le Brésil. Cela a donc profité à l'AKP. Et en même temps, cela a conduit à l'effondrement de l'ancienne coalition d'Erdoğan, la « coalition secrète », parce qu’à partir des années 2011-2013, les cadres du parti d’Erdoğan ont commencé à se battre avec les gulénistes.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous