LE TRAVAIL, ENJEU DES RETRAITES - Bernard Friot

Le XXe siècle a été un siècle de victoires pour les retraités : les pensions de retraite se sont en effet affirmées en tant que continuation du salaire. Dans Le travail, enjeu des retraites (2019), Bernard Friot appelle au développement de ce mouvement, contre le mouvement « réformiste » qui se développe depuis les années 1980.

Podcast

Réservé aux abonnés

Selon l’auteur, il faut lutter contre une conception des retraites comme seule épargne personnelle, pour affirmer un salaire lié à la qualification personnelle des travailleurs, l’unique voie pour accéder à un travail véritablement libéré.

Ce qu’il faut retenir :

Le « traitement continué », qui concernait d’abord seulement la fonction publique, s’est appliqué à presque l’intégralité des retraités. Cependant, un mouvement « réformiste » s’oppose à la logique d’un salaire continué, pour imposer une retraite construite comme une épargne.

L’épargne retraite constitue un revenu différé : les cotisations des actifs constituent des titres financiers qu’ils pourront liquider à leur entrée en retraite. Cependant, le revenu différé est le contraire du salaire continué : il défend l’idée d’une retraite qui ne serait le résultat que de la prévoyance de la future inactivité.

L’argumentaire réformateur repose sur l’idée d’une solidarité hypocrite entre des actionnaires, seuls acteurs légitimes de l’économie, et des travailleurs réduits au statut de victimes. Il faut défendre, contre cette solidarité nationale capitaliste, une solidarité salariale entre travailleurs égaux.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Je m’abonne

Accès illimité au site à partir de 1€

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…