Mémoire du Mal, Tentation du Bien - Tzvetan Todorov

Faisant la synthèse des leçons les plus importantes à tirer du XXe siècle pour le siècle suivant, Mémoire du Mal, tentation du Bien. Enquête sur le siècle (2000) pointe les dérives de notre époque afin de nous préserver d’une éventuelle réémergence du totalitarisme. Tzvetan Todorov se sert de l’Histoire pour décrypter le présent, utilisant le passé comme une grille de lecture.

audio

Podcast La synthèse audio

play
05:32
mutedownload
Réservé aux abonnés

Todorov offre ici une comparaison claire entre le totalitarisme et la démocratie. Il ponctue cette présentation de portraits d’auteurs d’origine allemande ou soviétique qui, ayant vécu l’expérience totalitaire durant la guerre, surent prendre conscience de l’état de leur système politique et de leur société. À travers leur pensée, Todorov invite le lecteur à garder foi en l’Humanité.

Ce qu’il faut retenir :

L’État totalitaire et la démocratie sont deux idéaux-types à partir desquels peuvent être analysés les systèmes politiques. Le totalitarisme repose sur une doctrine scientiste, et la démocratie, sur une doctrine humaniste. L’un et l’autre se distinguent par la répartition de la sphère publique et privée dans la société.

Un État totalitaire est un État où l’on retrouve : une idéologie scientiste (tous les sujets possèdent une solution, c’est-à-dire une vérité unique, fournie par la « science », qui ne peut donc être mise en doute), le règne de la terreur (physique ou psychique), de la discrimination à l’encontre d’une catégorie de population, et de la propagande (et de la censure), une absence d’opposition politique, c’est-à-dire de séparation des pouvoirs ou de pluralisme d’opinion et enfin une absence de sphère privée, celle-ci devant se conformer aux normes définies par la pensée dominante, la sphère publique. L’État totalitaire contrôle la mémoire, passée, présente, et a fortiori future.

À l’inverse, une démocratie se fonde sur une idéologie humaniste. Cette philosophie place l’épanouissement de l’Homme comme fin en soi et la science comme un moyen pour y parvenir. Le pluralisme est privilégié en toute chose.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous