Avec le Covid, nouvelle explosion du bilan de la BCE

La crise économique provoquée par la pandémie mondiale a poussé la BCE à accentuer sa politique de rachat massif d’obligations publiques. Depuis son lancement en mai 2010 lors de la crise des dettes souveraines européennes, cette politique a multiplié par trois le bilan de la BCE, qui dépasse désormais celui de la banque centrale des États-Unis.

Le tournant « non conventionnel » de 2010

Les premiers soubresauts du gonflement de l’actif de la BCE ont lieu en mai 2007, lors du début de la crise des subprimes. C’est là que l’institution commence à intervenir pour restaurer la confiance des marchés financiers et soutenir le système bancaire. Elle met alors en œuvre des mesures dites « non-conventionnelles », c’est-à-dire des mesures inhabituelles destinées à améliorer les conditions de financement de l’économie. En décembre 2007, elle fournit ainsi 350 milliards d’euros aux banques commerciales de la zone euro, en échange de titres qu’elle prend en pension.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Choisissez votre formule, sans engagement, désabonnement facile

Je m’abonne

Accès illimité aux contenus du site

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…