Urgence climatique : paniquer les Français est contre-productif

Des incompréhensions dans la lecture du dernier rapport du GIEC, relayées dans les grands médias, ont créé la panique en indiquant qu’il ne nous restait plus que trois ans pour agir afin de conserver « un monde vivable ». Or, ce n’est pas le message véhiculé par les scientifiques : il pourrait être contre-productif et démobiliser une bonne partie de la population. L’urgence climatique est une réalité et la réduction rapide des émissions de gaz à effet de serre est un élément clé pour limiter le réchauffement climatique. Alors, quel avenir pour notre planète ?

« Trois ans pour agir », « maintenant ou jamais », « tout ou rien »... Cette vision du futur climatique n'est pas celle transmise par les scientifiques du GIEC dans leur dernier rapport. Il est certes urgent de mettre en place des mesures concrètes pour freiner le réchauffement climatique en réduisant fortement et rapidement les émissions de gaz à effet de serre, mais, selon eux, il n'est jamais trop tard pour agir. « Il faut absolument rester combatif », assure Hervé Le Treut, physicien et climatologue, membre de l'Académie des Sciences et ancien membre du GIEC, tout en posant la question suivante : « Pouvons-nous dire qu'il y a un seuil magique au-delà duquel tout explose ? Non, on ne peut pas dire ça. »

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Je m’abonne

Accès illimité au site à partir de 1€

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…