Fourniture de gaz à l'Europe : l'Algérie plutôt que la Russie ?

La crise en Ukraine a bouleversé l'équilibre énergétique de l'Europe. L’Union européenne a annoncé vouloir réduire de deux tiers les importations de gaz russe en réponse à l’invasion russe. L'objectif est de réduire considérablement la dépendance à l'égard du gaz naturel russe entrant dans l'Union d'ici à 2023.

L'Europe dépend de la Russie pour environ 40 % de son gaz naturel. La majeure partie est acheminée par des gazoducs, dont Yamal-Europe, qui traverse le Belarus et la Pologne pour rejoindre l'Allemagne, et Nord Stream 1, qui va directement en Allemagne, et via l'Ukraine. Les marchés européens du gaz sont reliés par un réseau de gazoducs. La plupart des pays ont réduit leur dépendance à l'égard du gaz russe au fil des années et il existe également davantage de voies d'approvisionnement qui contournent l'Ukraine. Dans ce contexte d'incertitude énergétique, l'Algérie peut-elle venir en aide à l'Europe ?

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Je m’abonne

Accès illimité au site à partir de 1€

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…