La guerre en Ukraine fragilise toujours plus les arsenaux militaires occidentaux

Les États-Unis vont produire plus de 20 000 obus par mois cette année, et sans doute davantage en 2024. Cependant, le pays de l'Oncle Sam est aujourd'hui à court de munitions et selon Joe Biden, il s'agit d'un problème structurel. De l'autre côté de l'Atlantique, les industries européennes hésitent à faire de gros investissements, craignant que ces derniers partent en fumée si la guerre se termine. Les exigences de la guerre ont mis à rude épreuve les chaînes d'approvisionnement américaines et surtout européennes.

publié le 21/08/2023 Par Marco Cesario

Depuis des mois, la guerre en Ukraine met sous pression l’industrie militaire américaine et européenne, dont la production ne parvient pas à suivre l’énorme consommation de munitions et de matériels nécessaires au soutien de l'armée ukrainienne. Face aux difficultés productives, certains pays occidentaux envoient depuis longtemps en Ukraine les armements déjà présents dans leurs arsenaux. Mais après plus d'un an et demi de combats, ces derniers sont proches d'être vides.

Les États-Unis – tout comme certains pays européens – sont désormais à court de munitions. C’est aussi pour cette raison que l’administration de Joe Biden a récemment approuvé l’envoi de bombes à fragmentation à l’Ukraine, malgré de grandes polémiques sur leur dangerosité pour les civils : elles font partie des rares types de munitions dont l’arsenal américain dispose en abondance.

La guerre en Ukraine a replongé l'Europe dans la réalité rudimentaire des guerres du XXe siècle, où l'un des éléments les plus importants reste la profondeur des arsenaux militaires. Or, à l'heure actuelle, en raison des choix effectués au cours des dernières décennies, les arsenaux des États-Unis et surtout de l'Europe ne sont manifestement pas assez profonds. « Les Ukrainiens sont à court de munitions », avait déclaré Joe Biden en juillet dernier. « Il s'agit d'une guerre de munitions. Ils sont à court de munitions et nous n'en avons pas beaucoup ».

Selon le Wall Steet Journal, les États-Unis ont fourni à Kiev plus de deux millions d'obus d'artillerie de 155 mm, et le Pentagone affirme que l'Ukraine consomme en moyenne 3 000 obus par jour. Selon l'armée américaine, les États-Unis augmentent leur production pour produire plus de 20 000 obus par mois cette année, et sans doute davantage en 2024. Mais les adversaires des États-Unis peuvent faire le calcul et comprendre que ces derniers pourraient avoir du mal à soutenir une guerre de longue durée. Joe Biden a invoqué des stocks limités pour justifier la rétention du système de missiles tactiques de l'armée, qui pourrait aider Kiev à frapper en profondeur les positions russes. L'administration laisse maintenant entendre qu'elle pourrait fournir les missiles alors que l'offensive estivale de l'Ukraine devient laborieuse.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous