Élucid est un média 100% indépendant et ne vit que de ses abonnements - Soutenez-nous en vous abonnant

En Europe, une baisse du chômage en trompe l’œil

Alors que tous les pays d’Europe connaissaient une relative baisse du chômage depuis le milieu des années 2010, la pandémie mondiale survenue en 2020 a mis fin à cette tendance. Les niveaux de chômage demeurent disparates selon les pays, avec une Allemagne qui enregistre un taux de chômage historiquement bas, tandis qu’il reste très élevé en Espagne et en Grèce. Cependant, il faut bien comprendre que cette amélioration, quand elle n’est pas en partie fictive, est le résultat de politiques non durables et très couteuses, dont la facture commence à apparaitre cruellement.

publié le 23/02/2023 Par Olivier Berruyer
EN EUROPE, UNE BAISSE DU CHÔMAGE EN TROMPE L’ŒIL

Sur les deux dernières décennies, le chômage en Europe a connu trois grandes périodes : une baisse entre 2000 et 2008, puis une forte hausse à la suite de la crise des subprimes, et une nouvelle baisse entre 2013 et 2020, interrompue durant la crise du Covid. Le chômage s’est finalement stabilisé en 2022 à plus de 13 millions de personnes, dont 11 millions situées dans la zone euro.

Rappelons que le BIT définit un chômeur comme une personne sans emploi, n’ayant pas travaillé dans une semaine de référence, disponible sous quinze jours pour prendre un emploi, et en recherche active d’emploi dans le mois précédent. Cette définition est utilisée par l’INSEE pour calculer le taux de chômage, pour les comparaisons internationales, et par la plupart des médias et des hommes politiques. Cependant elle est imparfaite, car le BIT ne considère pas comme chômeurs les personnes situées dans une forme de précarité d’emploi, appelée le « Halo du chômage: Désigne quelqu’un qui a recherché un emploi, mais qui n’est pas disponible pour travailler, OU qui n’a pas recherché d’emploi, mais qui souhaite et est disponible pour travailler, OU qui souhaite travailler, mais qui n’a pas recherché un emploi et n’est pas disponible pour travailler.halo du chômage ».

On observe également une différence entre l’évolution du taux de chômage dans les pays de l’Union européenne au sein de la zone euro et ceux en dehors de la zone euro.

Jusqu’à la crise des subprimes, le taux de chômage des pays hors zone euro était en effet plus élevé que celui des pays au sein de la zone euro. À partir de la fin de l’année 2007, cette tendance s’inverse et le taux de chômage des pays hors zone euro devient durablement plus faible.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous

1 commentaire

Devenez abonné !

Vous souhaitez pouvoir commenter nos articles et échanger avec notre communauté de lecteurs ? Abonnez-vous pour accéder à cette fonctionnalité.

S'abonner