L’INQUIÉTANTE CHUTE DES RÉSERVES DE CHANGE DES BANQUES CENTRALES

Depuis le début des années 2000, le montant des réserves de change mondiales a explosé sous l’effet des banques centrales asiatiques. Les réserves de la Chine sont ainsi devenues les premières du monde, avec près du tiers du total. Les choses sont cependant en train de changer, avec un net rééquilibrage de l’économie chinoise, et un début de dédollarisation du monde, dont l’ampleur va jouer un rôle colossal dans les prochaines décennies.

En 2022, une forte baisse des réserves mondiales

Les réserves de change d’une banque centrale sont constituées par ses avoirs en devises étrangères et en or (ces derniers sont devenus marginaux, environ 1 500 Md$, soit 12 % du total des réserves). Afin qu’elles rapportent un intérêt, ces réserves sont généralement placées en obligations du Trésor d'États étrangers. Elles sont généralement issues des excédents commerciaux ( 1 ) du pays envers une zone monétaire, et elles fluctuent avec le taux de change. Elles servent à la banque centrale à rassurer les marchés financiers et à réguler le taux de change de la monnaie nationale en cas de besoin. C’est en quelque sorte l’épargne de la banque centrale, dont le niveau reflète l’état de son commerce extérieur.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Je m’abonne

Accès illimité au site à partir de 1€

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…