La décroissance est-elle indispensable ? - David Cayla

Alors que le changement climatique s’accélère, les mesures prises par les gouvernements pour limiter nos émissions s’avèrent largement insuffisantes. Ce constat d’impuissance est à la source d’une proposition radicale consistant à modifier en profondeur notre système économique en optant pour une stratégie de décroissance, c’est-à-dire en organisant un ralentissement général de l’économie, quitte à transformer de manière radicale nos modes de vie. La décroissance est-elle nécessaire ? Est-elle réaliste ? Et si oui, quelles seraient les conditions à remplir pour sa mise en œuvre ?

Article Environnement
Accès libre
publié le 04/10/2023 Par David Cayla
abonnement abonnement
bulb

Abonnement Élucid

Les théories de la décroissance ont aujourd'hui une forte audience du fait du changement climatique et de l'angoisse qu'il génère dans la société. Même s'il n'existe pas de corpus théorique unifié, ces approches entendent toutes proposer des solutions radicales et globales visant à réformer en profondeur les rapports sociaux et économiques afin de préserver la planète tout en bâtissant une société plus fraternelle. En ce sens, la décroissance est une utopie, un « pari » estime l'économiste Serge Latouche. Mais ce pari est-il raisonnable ? possible à mettre en œuvre ? susceptible d'organiser un réagencement profond de nos sociétés ? Ou alors s'agit-il d'une croyance peu concrète et incapable de déboucher sur des propositions réalistes ?

Dans une série d'articles écrits pour Élucid, l'économiste David Cayla se propose de répondre aux questions posées par les théories de la décroissance et de réfléchir sur la pertinence de cette approche.

1- La décroissance est-elle indispensable ?
2- Doit-on se débarrasser du PIB ?
3- La décroissance implique-t-elle une décroissance technologique ?
4- La décroissance implique-t-elle de renoncer au développement ?
5 - Publication à venir...


Une étude publiée le 4 septembre dernier dans la revue The Lancet Planetary Health a fait beaucoup parler d’elle dans les milieux écologistes. Rédigée par deux chercheurs britanniques, elle démontrerait sans équivoque, selon le média en ligne Reporterre, que climat et croissance sont incompatibles. « Une croissance verte n’existe pas et ne sera vraisemblablement jamais possible », affirme Vincent Lucchese, auteur de l’article. « Les hypothèses de la croissance verte n’ont jamais été validées par aucune preuve empirique ni aucune démonstration théorique », confirme l’économiste Timothée Parrique, auteur d’un ouvrage remarqué défendant l’économie de la décroissance.

Peut-on croître sans accélérer le changement climatique ?

Depuis quelques années, les théoriciens de la décroissance mettent en avant un argument qui est devenu central dans leurs analyses : celui de l’impossible découplage entre croissance économique et émissions de gaz à effet de serre (GES). Cette réflexion est portée depuis longtemps par Jean-Marc Jancovici. Pour cet ingénieur, cofondateur en 2010 du Shift Project, notre économie repose sur l’exploitation d’une énergie carbonée abondante et peu onéreuse, notamment le pétrole. Grâce aux énergies fossiles, nous sommes parvenus à multiplier notre capacité à extraire et à utiliser des ressources naturelles, à tel point que, toujours selon Jancovici, « chaque Français vit comme s’il avait 600 esclaves à sa disposition ». Autrement dit, le produit intérieur brut (PIB), c’est du pétrole ; ainsi, l’objectif d’une croissance élevée est contradictoire avec la lutte contre le changement climatique et seule une stratégie de rupture, fondée sur la décroissance, pourrait éviter une catastrophe écologique.

L’idée qu’il serait impossible de découpler croissance et émissions est critiquée par de nombreux économistes tel Christophe Ramaux, qui rappelle que le PIB ne se résume pas à sa dimension matérielle. Le PIB, il est vrai, comptabilise une valeur sociale et non un simple mécanisme de transformation physique. Par exemple, dans la plupart des pays développés, l’essentiel de l’activité économique est constitué de services (dont les services publics) que la population se rend à elle-même : garde d’enfants, soin, commerce, éducation, transport, culture… Or, ces services peuvent augmenter en valeur sans nécessairement augmenter en quantité. Par exemple, les salaires horaires d’un enseignant ou d’un musicien ont augmenté en un siècle sans que la productivité de leur travail ait progressé, puisqu’il faut autant de temps aujourd’hui qu’il y a un siècle pour enseigner la lecture ou jouer une symphonie de Mozart. Cette progression salariale induit une hausse du PIB sans que la quantité produite ait augmenté.

Du point de vue des politiques publiques, l’enjeu posé par la question du découplage est de savoir ce qu’il faut faire pour réduire nos émissions. Pour les partisans de la décroissance qui jugent le découplage impossible, il serait impératif de diminuer notre activité économique afin de réduire globalement notre consommation d’énergie et nos émissions jusqu’à un niveau compatible avec les contraintes environnementales. Pour les partisans de la croissance verte, les émissions de GES peuvent être découplées de la croissance. Il suffirait alors de trouver et de déployer des solutions technologiques pour substituer de nouvelles énergies décarbonées aux énergies fossiles sans qu’il soit nécessaire pour cela de réduire l’activité.

Dans un article publié il y a deux ans sur Élucid, j’avais pointé la double impasse de ces stratégies. D’une part, écrivais-je, « la stratégie de la croissance verte repose sur une confiance démesurée dans la solution technologique ». D’autre part, « les tenants de la décroissance négligent l’acceptabilité sociale et politique qu’implique la baisse de la consommation globale ». Pour réduire nos émissions jusqu’à un niveau écologiquement soutenable par la seule décroissance, il faudrait, en théorie, diviser par trois l’ensemble des revenus des Français. Or, une telle baisse du niveau de vie et de consommation ne pourra se faire par la simple réduction des inégalités.

Si l’on devait engager à l’échelle du monde la stratégie de la décroissance, il faudrait que l’ensemble des revenus tournent autour de 800-1000 euros par mois, ce qui supposerait de réduire le niveau de vie des Français en dessous du seuil de pauvreté selon les critères actuels. Autrement dit, la croissance verte est sans doute technologiquement impossible… mais la décroissance est sans doute politiquement et socialement une impasse.

Le découplage est possible, mais sans doute insuffisant

Que nous apprend l’étude britannique et en quoi est-elle importante ? Contrairement à ce qu’affirment les partisans de la décroissance, elle ne valide pas spécialement leur approche. En effet, les auteurs affirment très clairement, dès l’introduction, que le découplage absolu est possible : « On sait depuis longtemps que les émissions peuvent diminuer parallèlement à une croissance du PIB, en particulier lorsque le pourcentage d'augmentation du PIB est compensé par un pourcentage plus élevé de réduction de l'intensité des émissions du PIB ». Pour preuve, les auteurs distinguent 11 pays à revenus élevés (sur 36 étudiés) qui sont y parvenus au cours de la période 2013-2019 (1).

Notons que le découplage dont il est question est celui de la consommation et non celui des émissions produites directement sur le territoire. En effet, une partie de la consommation d’un pays est importée, ce qui signifie que des émissions de GES ont lieu dans d’autres pays. Le découplage entre PIB et émissions n’a donc de pertinence que si on comptabilise également les émissions importées. C’est ce que font les chercheurs britanniques.

En quoi cette étude est-elle censée « démontrer » l’impossibilité de la croissance verte alors qu’elle identifie un découplage absolu dans certains pays riches ? Parce que les auteurs expliquent, dans la suite de leur article, que le rythme de décroissance des émissions obtenu durant la période étudiée est incompatible avec les engagements des accords de Paris. Parmi les 11 pays identifiés « aucun […] n'a atteint des réductions d'émissions suffisamment rapides pour avoir une chance sur deux de rester en dessous de 1,5 °C avec des principes d'équité minimaux », écrivent les auteurs. En somme, ce que montre l’étude n’est pas que la décroissance est possible ou réalisable, mais que la seule stratégie de la croissance verte serait insuffisante pour respecter nos objectifs climatiques.

Notons cependant qu’extrapoler sur l’avenir à partir de données limitées à la période 2013-2019 est un exercice difficile, d’autant que la décarbonation est un processus de long terme qui nécessite des investissements considérables, comme l’a relevé le rapport Pisany-Ferry – Mahfouz. Par exemple, l’électrification de la quasi-totalité du parc automobile ne sera pas atteinte dans l’UE avant 2050 du fait de l’inertie du système productif et de la durée de vie des véhicules. Même si l’on cesse de vendre des véhicules thermiques à partir de 2035, il faudra au moins 15 à 20 ans pour que les véhicules vendus en 2034 disparaissent progressivement de la circulation.

Au-delà de la nécessité de la décroissance, poser la question de sa possibilité

Plus fondamentalement, le fait que la croissance verte soit en elle-même insuffisante pour atteindre nos objectifs climatiques ne valide pas pour autant la stratégie de la décroissance. Il est possible que les contraintes sociales et politiques qu’elle impose ainsi que la baisse du niveau de vie qu’elle engendrerait ne soient pas acceptables pour une population déjà échaudée par quarante ans de néolibéralisme. Le fait que la décroissance soit nécessaire n’implique pas qu’elle soit possible. Et si l’on entend la rendre possible, il faut alors clairement proposer des solutions pratiques pour la rendre acceptable. Or, c’est sur ces solutions que butent les théoriciens de la décroissance.

Dans le chapitre 7 de son ouvrage, Timothée Parrique écrit que la décroissance « vise à atteindre une taille économique théorique qui garantit le bien-être et la justice sociale (les planchers sociaux) sans dépasser la capacité de charge des écosystèmes (le plafond écologique) ». L’objectif est louable, mais pour savoir s’il est possible de l’atteindre, encore faut-il être certain que les planchers sociaux restent inférieurs au plafond écologique. Or, à aucun moment, Parrique n’évalue clairement le niveau de PIB qui serait compatible avec ces deux exigences.

On peut à la limite estimer, toute chose égale par ailleurs, de combien il faudrait réduire le PIB pour limiter notre empreinte écologique à un niveau écologiquement soutenable. Mais aucune étude ne peut clairement estimer le niveau de baisse du PIB qui serait politiquement acceptable. On peut certes repérer des moments de l’histoire où le PIB d’un pays a baissé sous l’effet de politiques économiques radicales. Par exemple, en Russie ou en Ukraine, la thérapie de choc menée dans les années 1990 a fait s’effondrer les revenus de plus de 60 % au cours de la décennie. En Grèce, le PIB par habitant a diminué de plus de 40 % entre 2008 et 2015 lorsque le pays était sous tutelle de la Troïka. Durant ces épisodes, les sociétés et les systèmes politiques en sont sortis profondément traumatisés.

Comment éviter qu’une décroissance de l’économie n’engendre un choc social et politique similaire ? Peut-on préparer les populations à une décroissance heureuse alors que toutes les institutions actuelles reposent sur une économie marchande où le pouvoir d’achat règne en maître ? Pour répondre à ces interrogations, les partisans de la décroissance insistent sur le caractère démocratique et égalitaire de leur projet. Ils affirment notamment que « la décroissance n’est pas la récession », la différence étant que la décroissance est organisée alors que la récession est subie. Pourtant, dans les exemples évoqués plus haut, la baisse du PIB a bel et bien été organisée.

Pour justifier les politiques menées en Grèce, les dirigeants européens expliquaient à l’époque que la Grèce vivait « au-dessus de ses moyens ». L’objectif était donc clairement celui d’une baisse globale de l’économie qui passait par une diminution de la consommation, celle-ci étant organisée par la baisse du revenu disponible des ménages via une diminution des allocations de retraite ou de chômage, d’une hausse des impôts et des taxes et même d’une baisse globale de l’emploi et des salaires. Mais que le PIB diminue de manière organisée ou non ne change pas en profondeur le nœud du problème. Que ce soit par une récession ou via une stratégie de décroissance, une baisse du PIB implique une baisse des revenus et de la consommation des ménages. Et c’est bien ce qui crée des problèmes sociaux et politiques en fin de compte.

Comment rendre la décroissance politiquement acceptable ?

Nuançons notre propos. Il n’est pas équivalent politiquement de diminuer le PIB pour préserver la planète que de le faire pour « sauver » la compétitivité et les créanciers. Les populations peuvent admettre des contraintes si elles jugent la cause justifiée ; et la protection de l’environnement est sans conteste bien plus importante que toutes les causes avancées pour justifier le maintien des politiques néolibérales. Ajoutons que les théoriciens de la décroissance sont particulièrement sensibles à la justice sociale et proposent en général un plafonnement des hauts revenus, une fiscalité plus importante mais plus juste, ainsi qu’une hausse des dépenses publiques pour compenser partiellement la baisse des revenus privés. La décroissance entend réduire les inégalités là où les politiques d’austérité contribuent à les creuser.

Reste qu’une baisse globale des revenus est par nature impopulaire et que réduire nos émissions en usant uniquement du levier de la décroissance impliquerait une baisse des revenus bien plus importante que celle que la Grèce a subie, sans doute équivalente à celle des pays en transition pendant les années 1990. Une différence importante est que contrairement à ces deux expériences, il n’y aurait aucun rebond possible. Une baisse de 60 % des revenus serait définitive, sans aucun espoir d’amélioration du niveau de vie à moyen et long terme, puisqu’il s’agirait de maintenir l’économie à ce niveau pendant des décennies.

Les partisans de la décroissance ont du mal à évoquer l’ampleur des contraintes engendrée par une stratégie purement décroissante. La plupart du temps, ils minimisent leurs conséquences sociales en proposant, à l’instar de Serge Latouche, de « décoloniser l’imaginaire ». Il suffirait, en somme, que nous soyons convaincus de renoncer au progrès technique et aux richesses matérielles pour trouver une satisfaction d’ordre supérieur. Ainsi, pour Latouche, la pauvreté n’est un problème que dans la mesure où nous quantifions la richesse de manière purement économique. « En se polarisant sur la richesse économique dans une société marchande, on sélectionne la pauvreté comme une injustice et un problème contre lesquels il faut lutter. […] Pour rendre dignité à la pauvreté matérielle, éliminer la misère et retrouver le sens des “vraies” richesses, il faut mettre des bornes à l’enrichissement économique », écrit-il dans Le Pari de la décroissance (p. 91).

Quand on écoute le discours des partisans de la décroissance, la solution proposée pour rendre cette dernière acceptable politiquement et socialement consiste donc à convaincre que « plus pauvre on vit mieux ». Il faut reconnaître que de nombreux militants ne se contentent pas d’affirmer de telles choses. Certains tentent véritablement de mettre en œuvre d’autres modes de vie en s’organisant au sein de petites communautés décroissantes. Le mouvement des « tiny house », ou micro-maisons repose par exemple sur l’idée de faire de son logement un instrument de sa sobriété. Beaucoup de militants de la décroissance ont renoncé à la viande et choisissent de se déplacer et de vivre de la manière la plus décarbonée possible.

Le fait est que la décroissance est possible à l’échelle individuelle. Mais la véritable question à laquelle il faut répondre est surtout de savoir si une telle stratégie est généralisable à l’échelle de la société dans son ensemble. N’oublions pas que les modes de vie sobres consomment des services publics qui sont en grande partie financés par les revenus et les dépenses des personnes non sobres ; certaines communautés décroissantes vendent des produits artisanaux ou bio à des populations qui disposent de revenus suffisants pour les acheter ; les infrastructures numériques utilisées par leurs membres ont elles-mêmes été financées grâce aux prévisions de revenus d’une société fondée sur la croissance, etc. Pour le dire autrement, les modes de vie sobres expérimentés par une partie de la population ne sont possibles tel qu’ils existent que parce qu’ils sont intégrés à un environnement à haut niveau de PIB, environnement qui disparaîtrait si tout le monde suivait leur exemple.

Il ne faut plus opposer croissance verte et décroissance

Répondons à présent à la question posée plus haut. La décroissance est-elle indispensable ? La réponse est difficile à trancher, car nous ne pouvons pas prévoir quelles innovations seraient susceptibles d’advenir dans les prochaines décennies et pourraient contribuer à baisser l’intensité carbone de notre production. Néanmoins, il est probable qu’une stratégie fondée uniquement sur le découplage entre croissance et émissions de GES ne soit pas suffisante pour éviter le mur écologique qui se profile. En ce sens, la décroissance sera sans doute nécessaire. Mais si l’on entend rendre possible une telle stratégie, alors il faut également admettre que baisser de manière permanente les revenus des gens ne sera pas simple. Il faudra s’appuyer sur des représentants politiques capables de faire accepter des sacrifices importants aux populations sans perdre en légitimité.

Pour cela, il ne faudra pas se contenter de « faire de la pédagogie », mais il faudra aussi mettre en œuvre des changements institutionnels d’ampleur pour transformer en profondeur notre système économique. Il faudra également limiter l’ampleur des sacrifices exigés en utilisant autant que possible le levier technologique, afin d’atténuer les impacts sur le niveau de vie des populations. C’est là le point aveugle des théoriciens de la décroissance. Plutôt que d’opposer décroissance et croissance verte, ils devraient au contraire soutenir tout ce qui peut limiter l’effort demandé aux populations en adoptant une partie des solutions technologiques proposées par les partisans de la croissance verte.

En conclusion, le découplage entre croissance du PIB et émission de GES est possible. Il est déjà à l’œuvre en France et on peut légitimement penser que le rythme de ce découplage sera amené à croître. Est-ce que ce sera suffisant pour respecter nos engagements climatiques ? Sans doute pas si l’on en croit les auteurs de l’étude britannique. Devra-t-on organiser une diminution de notre activité productive ? C’est très probable. Mais cette baisse de notre niveau de production et de consommation sera d’autant plus facile à mettre en œuvre que toutes les solutions technologiques viables auront été préalablement essayées.

Pour résumer, le combat politique prioritaire des partisans de la décroissance ne devrait pas être d’attaquer les partisans de la croissance verte, mais de militer pour autant de croissance verte que possible et autant de décroissance que nécessaire puisque la performance de la première stratégie sera la condition pour rendre acceptable la seconde stratégie. Et qu’on soit rassurée sur un point : la post-croissance est une révolution politique et économique. Même si l’on construit des centrales nucléaires et qu’on électrifie nos véhicules, organiser une société écologiquement et socialement soutenable nécessitera de toute façon de transformer en profondeur notre modèle économique et de dépasser le capitalisme. C’est ce que nous verrons en détail dans les articles à venir.

Découvrez la suite de cette série d'articles en cliquant ICI !

Cet article est gratuit grâce aux contributions des abonnés !
Pour nous soutenir et avoir accès à tous les contenus, c'est par ici :

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous