Élucid est un média 100% indépendant et ne vit que de ses abonnements - Soutenez-nous en vous abonnant

Guerre en Ukraine : l’Asie tentée par le non-alignement

Au-delà de Pékin qui maintient son amitié « sans limites » avec Moscou alors que la guerre russo-ukrainienne s’enlise, nombre de capitales asiatiques s’interrogent. Pourquoi s’impliquer plus avant dans un conflit lointain qui ne les concerne pas vraiment ? Leurs enjeux sécuritaires, diplomatiques et surtout économiques, se heurtent aux injonctions d’un Occident soucieux de rallier le monde sous sa bannière pour affronter la Russie de Vladimir Poutine.

publié le 10/05/2022 Par Jack Thompson
Guerre en Ukraine : L’Asie tentée par le non-alignement

La résolution exigeant « une cessation immédiate des hostilités de la Fédération de Russie contre l’Ukraine » adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 2 mars a suscité une quasi-unanimité. Seuls cinq États l'ont rejeté alors que 141 pays ont préféré l'appuyer. Pourtant, si l’on regarde de plus près, 35 pays se sont abstenus dont la Chine et l’Inde, ce qui relativise la portée de ce vote. Deux mois plus tard, force est de constater que condamner l’invasion d’un pays souverain est une chose, mais déclarer une guerre économique à Moscou en est une tout autre.

Des effets ricochets sensibles

C’est l’évidence même, la céréale à la base de l’alimentation du continent asiatique est le riz et non le blé. D’ailleurs, de New Delhi à Manille en passant par Bangkok, la hausse vertigineuse des cours du blé n’a pas déstabilisé outre mesure ceux du riz. Hélas, cette situation idoine ne saurait durer.

À terme, la flambée du blé incitera les pays importateurs à privilégier d’autres céréales, la pression sur le riz ira s’accroissant. De plus, le renchérissement du prix des intrants azotés - un marché dominé par l’Ukraine et la Russie - se répercutera sur les coûts de production des riziculteurs. Et ceci sans parler de l’envolée du gaz et du pétrole qui heurte tout un chacun.

Additionnés, ces effets secondaires ont repositionné les cours du riz sur une tendance haussière. La Banque mondiale en a pris note et a revu à la baisse les perspectives de croissance annuelle de l’Asie, de 5,4 % en octobre 2021 à 5 % en avril 2022, voire 4 % dans les scénarios plus pessimistes. Ainsi, par un effet ricochet, la crise ukrainienne n’épargne pas l’Asie où nombre de gouvernements se montrent de plus en plus réservés vis-à-vis des sanctions occidentales contre la Russie, un partenaire économique, sinon un allié.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous

0 commentaire

Devenez abonné !

Vous souhaitez pouvoir commenter nos articles et échanger avec notre communauté de lecteurs ? Abonnez-vous pour accéder à cette fonctionnalité.

S'abonner