LA CHASSE AUX "BIENS RUSSES" : QUAND LES CITOYENS DEVIENNENT DES ENNEMIS

Tout le monde a bien vu - cela a beaucoup été donné à voir - que les « biens russes » ont fait l’objet de diverses mesures en réaction à l’affaire ukrainienne. On s’est peu interrogé, en revanche, sur le caractère hétéroclite et, partant, malheureusement globalisant de ces « biens russes ». Certes, quelques-uns ont soupçonné à juste titre que le gel de quelque 30 milliards d’euros sur les comptes français de la Banque centrale de Russie n’a pas tout à fait la même nature que la saisie de yachts ou de propriétés immobilières appartenant à des oligarques russes.

C’est qu’une distinction fondamentale doit être faite entre les biens publics, les biens privés des responsables politiques agents de l’État visé, et enfin les biens privés des ressortissants de ce dernier. On ne dira qu’un mot des premiers pour se concentrer sur les derniers.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant et sans publicité

Je m’abonne

Accès illimité au site à partir de 1€

Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité

Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues

Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle

Et bien plus encore…