Élucid est un média 100% indépendant et ne vit que de ses abonnements - Soutenez-nous en vous abonnant

Albert Camus, l'exigence d'un journalisme libre et moral

Pour Albert Camus, le journaliste se doit d'être un témoin lucide et critique, retenu par des « règles de consciences ». Il se place du côté des humiliés et des sans voix dont il défend la dignité, excluant le « réalisme politique » qui ouvre la voie au mensonge et sépare les hommes. Par ses questions, les injustices qu’il révèle et ses réflexions, il place les hommes et la société devant leurs responsabilités.

publié le 01/06/2022 Par Laurent Ottavi
Albert Camus, l'exigence d'un journalisme libre et moral

À l’instar de beaucoup d’auteurs, Albert Camus est souvent découpé en tranches en fonction de ses différents registres d’écriture : le journalisme, le théâtre et le roman. Ses articles, pourtant, reflètent et préparent sa littérature. Il en écrivit pendant vingt ans, avec des interruptions plus ou moins longues, dans des revues et journaux trop nombreux pour être tous mentionnés ici et sur les sujets les plus divers.

Albert Camus lui-même refusa de scinder son travail de journaliste de sa littérature en faisant paraître en trois tomes, sous le titre Actuelles, nombre de ses chroniques. Il fut d’ailleurs loué pour ses articles par de grands auteurs de son temps, tels François Mauriac et René Char, pourtant peu convaincus par les romans de son ami.

L’auteur de l’Homme révolté aimait passionnément la presse. Il y trouvait une communauté humaine qui faisait défaut à l’écrivain, auprès des autres membres de la rédaction, des jeunes journalistes à former et surtout des travailleurs « du marbre » (les typographes, les linotypistes et autres correcteurs). S’il exprima des regrets par rapport à ses propres articles ou critiqua le genre de l’éditorial, il affirma également en août 1951, dans un entretien à la revue Caliban, que le journalisme était « l’une des plus belles professions », car « elle vous force à vous juger vous-même ». À son ami Jean Grenier, il confiait aussi éprouver à travers ce métier « une impression de liberté ». « Tout ce que je fais me semble vivant », jugeait-il.

Le journalisme en Algérie

Albert Camus devint journaliste par le plus grand des hasards, sa tuberculose le privant de l’agrégation et donc du professorat. Il avait néanmoins déjà commencé à mettre le pied dans le monde de la presse lors de ses études par le biais d’articles parus dans des petites revues, Alger-Étudiant par exemple où il écrivit huit textes sur la peinture et la musique.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous

0 commentaire

Devenez abonné !

Vous souhaitez pouvoir commenter nos articles et échanger avec notre communauté de lecteurs ? Abonnez-vous pour accéder à cette fonctionnalité.

S'abonner