Élucid est un média 100% indépendant et ne vit que de ses abonnements - Soutenez-nous en vous abonnant

« La poursuite du business as usual est une pure folie » - Michel Camdessus

Pour l'ancien Directeur Général du FMI, la crise qui touche l’Occident est caractérisée par trois lacunes, éthique, institutionnelle et régulatrice. Dans cet entretien inédit avec Olivier Berruyer réalisé en 2013, Michel Camdessus revient sur les conséquences de la libéralisation financière, sur la nécessité d'une économie du partage, et sur le déficit institutionnel dans la gestion des transactions monétaires et financières.

publié le 06/02/2022 Par Olivier Berruyer
Michel Camdessus : « La poursuite du business as usual est une pure folie. »

Pour accéder à la première partie de l’entretien, cliquez ICI

Né en 1933, Michel Camdessus, ancien élève de Sciences Po et de l’ENA, a occupé divers postes politiques depuis les débuts du développement du néolibéralisme dans les années 1980. Il a été Directeur du Trésor (1982-1984), Gouverneur de la Banque de France (1986-1987) et Directeur Général du FMI (1987-2000). Il a également été membre du Conseil pontifical Justice et Paix, organe papal qui avait pour mission de promouvoir « la justice et la paix selon l'Évangile et la doctrine sociale de l'Église catholique ».

Olivier Berruyer (Élucid) : L’indice de libéralisation financière calculé par le FMI montre que dans les années 1970, la France était très "en retard" par rapport aux autres pays. Le mouvement de libéralisation a commencé au cours des années 1980, et on partait de tellement loin qu'il a fallu déréguler. Pourquoi est-on allé aussi dans cette idéologie ?

Michel Camdessus : J’ai quelques responsabilités dans le début de ce mouvement. La libéralisation était alors nécessaire, tellement l’après-guerre avait accumulé des règles et des contrôles devenus inutiles. La sur-réglementation avait des effets pervers lorsqu’elle n’était pas habilement contournée par les plus avisés ou les mieux équipés.

Dans le courant des années 1980 cependant, les choses se sont précipitées. La France comme l’Europe ont été gagnées par une forme d’idéologie en réaction à la sur-réglementation qui avait précédé. Ce n’est pas un hasard si le big bang de la libéralisation a eu lieu à Londres. Londres était une place très régulée, écrasée par le dispositif mis en place progressivement au lendemain de la guerre. C’est là que le vieux dispositif a éclaté sous l’effet de l’idéologie néolibérale véhiculée par Friedman, Hayek et des conseillers de Mme Thatcher comme Alan Walkers.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous

2 commentaires

Devenez abonné !

Vous souhaitez pouvoir commenter nos articles et échanger avec notre communauté de lecteurs ? Abonnez-vous pour accéder à cette fonctionnalité.

S'abonner