bulb-alert

Il existe une version plus récente de cet article sur Le bilan de la Réserve fédérale américaine

Nous vous recommandons de lire notre article actualisé sur Le bilan de la Réserve fédérale américaine daté du

Depuis vingt ans, la banque centrale des États-Unis a endossé un nouveau rôle dans l’économie américaine : celui de prêteuse en dernier ressort. Ses politiques monétaires exceptionnelles conduites durant les crises du XXIe siècle ont provoqué une très forte hausse de son bilan, accélérée avec la crise du Covid-19.

publié le 23/12/2021 Par Élucid
Au fil des crises, l’explosion du bilan de la Fed

De 1945 à 1985, le bilan de la Banque centrale des États-Unis (Fed) était relativement stable, oscillant entre 500 et 700 milliards de dollars. Puis à partir des années 1980, il a commencé à augmenter de manière plus prononcée, pour atteindre 1 151 milliards de dollars au premier trimestre 2008.

La crise des subprimes éclate alors, obligeant la Fed à adopter une politique monétaire exceptionnelle, dite « non-conventionnelle ». Elle fournit des liquidités aux banques américaines en leur rachetant massivement des titres financiers, essentiellement des bons du Trésor américain et des MBS (Mortgage-backed security), des titres financiers adossés à des créances hypothécaires. Cette politique de quantitative easing sera renouvelée trois fois entre 2008 et 2014. Le bilan de la Fed passe ainsi de 1 200 milliards au premier trimestre 2008 à 5 400 milliards au deuxième trimestre 2016. Soit une multiplication par 4,5 en huit ans.

L’arrêt de la politique de Quantitative easing en octobre 2014, puis la remontée progressive des taux directeurs de la Fed provoque un dégonflement du bilan de la Fed jusqu’en 2020. La pandémie de Covid-19 pousse ensuite la Fed à reprendre une politique monétaire accommodante. Son bilan passe alors à 8 700 milliards de dollars début décembre 2021.

Un rachat massif de titres risqués

Afin d’observer dans le détail l’augmentation du bilan de la Fed, on peut s’intéresser à son actif. On constate ainsi plusieurs tendances depuis la crise des subprimes :

- Le rachat massif de bons du Trésor américain : en janvier 2007 la Fed détenait 770 milliards de dollars de bons du Trésor et d’obligations du Trésor américain. Durant la crise de 2008, elle rachète massivement des obligations à long terme, jusqu’à en détenir 2 450 milliards début 2015.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous