Les années se suivent et se ressemblent pour le commerce extérieur français : après avoir enregistré un déficit commercial record de 85 Md€ en 2021, le déficit 2022 frôle les 200 Md€. L’importation de produits énergétiques est la première cause de ce chiffre historique, suivi de près par le déficit industriel. Concernant ses partenaires, la France effectue plus de la moitié de ses échanges commerciaux avec des pays de la zone euro.

publié le 22/06/2023 Par Olivier Berruyer
200 MILLIARDS DE DÉFICIT COMMERCIAL : UN DÉSASTRE FRANÇAIS SANS PRÉCÉDENT

L’évolution du solde commercial français des 30 dernières années permet de distinguer une rupture survenue au début des années 2000. C’est à cette période que le solde commercial français est devenu déficitaire, notamment en raison de la cassure de nos exportations qui sont devenues stables, alors que nos importations ne cessaient d’augmenter. L’euro a été l’une des causes importantes de la dégradation du solde français : il a pénalisé la compétitivité de l’économie française et a supprimé le rôle stabilisateur des monnaies, en empêchant par exemple une salutaire appréciation du mark allemand.

Le commerce international de biens est le reflet de la santé d’une économie. Le solde commercial (différence entre nos exportations et nos importations de biens physiques) met en lumière les problèmes de compétitivité et les erreurs stratégiques gouvernementales.

Trop déficitaire, il montre que l’économie n’est pas capable de concurrencer celle de ses partenaires, et indique que le pays devrait rencontrer de sérieux problèmes financiers. Trop excédentaire, il montre que l’économie est trop déséquilibrée, que la rémunération des salariés est trop basse et qu’en réalité, le pays s’appauvrit physiquement, échangeant des biens réels contre du papier (monnaie) qui s’accumule. C’est donc l’équilibre à long terme de la balance commerciale qui démontre qu’une économie est saine.

Près de 200 milliards de déficit commercial !

En 2022, la France a connu un déficit historique de 191 Md€ de ses échanges de biens, contre 85 Md€ en 2021, principalement en raison de l’explosion du coût de ses importations.

Lisez la suite et soutenez un média indépendant sans publicité

S’abonner
Accès illimité au site à partir de 1€
Des analyses graphiques pour prendre du recul sur les grands sujets de l’actualité
Des chroniques et des interviews de personnalités publiques trop peu entendues
Des synthèses d’ouvrages dans notre bibliothèque d’autodéfense intellectuelle
Et bien plus encore....

Déjà abonné ? Connectez-vous